Faire défiler

Chais :
de nouveaux bâtiments techniques
pour des vinifications sur mesure

Toutes les étapes du processus de vinification sont aujourd’hui repensées pour répondre
aux nouvelles exigences et aux ambitions du domaine.
L’architecte Sylvain Dubuisson a été sollicité pour repenser l’ensemble du cuvier agrandi et redessiné.

« À Malleret demeure l’esprit d’une lignée de prestigieux propriétaires. Le château qui porte les traces de transformations de plusieurs siècles et le beau parc 19ème sont immergés au sein d’une vaste propriété de vignes et de bois. Près du château, le haras récemment rénové témoigne d’un goût pour l’excellence.

À l’entrée du domaine, la création de nouvelles installations vinicoles dans des bâtiments neufs ou rénovés résonne avec l’histoire et l’esprit des lieux, au point d’apparaître presque comme une évidence. Bien que profondément restructurés, les bâtiments forment une composition classique sous ses divers angles et mêlent  l’histoire et le présent.

Côté Chemin de Malleret, le nouveau cuvier au centre, couvert d’un treillage monumental blanc sur fond ocre et bordé d’un côté par le bouteiller et de l’autre par les chais, déploie la modernité de son auvent.

Côté parc, les bâtiments forment une cour au-devant d’une galerie à claustra de brique. Et au droit du cuvier, une ombrière blanche marque l’entrée et protège les deux grandes baies vitrées des nefs intérieures. 

Les différents corps de métiers, chacun dans leur domaine, réalisent, sous notre impulsion, une œuvre qui exprime la grande qualité de leur savoir-faire, qualité qui les valorise autant que celle des propriétaires qui leur offrent l’opportunité de l’excellence. »

Une série de cuves en béton d’une capacité de 40 à 140 hl et foudres bois de 40 hl, permet d’isoler chaque parcelle pour des assemblages plus précis. Le remplissage se fait par gravité.
L’idée est que le nouveau cuvier, thermo- régulé, fonctionne en autonomie énergétique grâce entre autres, à l’installation de puits canadiens.
Les chais ont été recomposés pour pouvoir accueillir mille barriques environ. Grâce aux puits canadiens, ils fonctionnent en énergie passive.